Uluru

Uluru, le plus grand monolithe du monde

Du 7 au 9 février 2015

Eh bien non !

Entre Coober Pedy et Ayers Rock, 850 km d’asphalte absolument rectiligne, et un unique virage à gauche pour quitter la Stuart Highway, qui continue en direction d’Alice Springs, et s’engager sur le Lasseter Highway qui conduit à Ayers Rock.

Un peu abrutis par ce trajet interminable, nombreux sont les touristes qui se croient arrivés lorsqu’ils découvrent à l’horizon la copie presque parfaite d’Uluru, le Mount Conner. Niché dans les environs de Curtin Springs, à environ 100 km d’Ayers Rock, le Mount Conner semble être une réplique du fameux monolithe australien. Surnommé « la Mesa », son profil imposant se laisse entrevoir à près de 50 km, jaillissant dans le désert au milieu d’un environnement totalement dépourvu de relief.

Le Mount Conner...

Le Mount Conner…

Cette fois-ci, c’est le bon !

En continuant en direction d’Ayers Rock, la prochaine masse imposante et visible à plusieurs dizaines de kilomètres devrait être la bonne. Le Centre Rouge porte bien son nom, la terre est rouge et curieusement, la végétation est très présente dans cet endroit désertique que l’on imagine plus, lunaire.

Uluru, aussi connu sous le nom d’Ayers Rock, est situé dans le Parc National d’Uluru Kata Tjuta, classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Cet énorme bloc, haut de 348 m, est un lieu sacré pour les peuples aborigènes Pitjantjatjara et Yankunytjatjara, à la base duquel ils pratiquent parfois des rituels et réalisent des peintures rupestres d’une grande importance culturelle. Le site, découvert en 1873 par les occidentaux, est devenu un endroit touristique majeur et un emblème pour l’Australie.

Une route ainsi que des sentiers de randonnée font le tour du rocher et permettent d’observer les cavités formées dans la roche, mais aussi les lieux – sacrés ou non – qui étaient utilisés par les aborigènes. Malgré son caractère sacré et la réticence des aborigènes, une main courante a tout de même été aménagée pour permettre aux curieux de gravir le rock… No comment.

Uluru, nous l’avons découvert et observé à toutes les heures du jour et de la nuit. Après avoir admiré la magie de son apparition aux premières lueurs du jour, nous sommes allés l’observer de plus près en en faisant le tour à pied. 3h ont été nécessaires pour boucler la boucle, sous 40°C en moyenne, entre 7h et 11h du matin. Pour la petite histoire, l’ascension d’Uluru est totalement interdite en été, fermée après 8h du matin le reste de l’année, et les sentiers suivent des règles toutes aussi drastiques – fermeture en matinée dès que les températures dépassent un certain seuil – et ce, pour protéger les imprudents d’eux-mêmes. Nous avons quand même vu des personnes faire des randonnées de 3h avec un litre d’eau et chaussés de tongs…

Une sauterelle licorne

Une sauterelle licorne

L’endroit est vraiment magnifique, plus on approche de ses parois abruptes, plus on se sent écrasé par cette imposante masse de roche. Sa surface rouge, noircie çà et là par les écoulements d’eau des orages, ressemble par endroit à des plaques de métal rouillé. A plusieurs endroits subsistent des points d’eau plus ou moins importants, essentiels pour préserver la vie dans ce désert aride.

 

 

Après le lever, nous n’avons bien sûr pas raté le coucher de soleil. Qu’il s’agisse de voir sa couleur rouge s’intensifier à la lumière tombante ou de le distinguer en ombre chinoise sur fond de coucher de soleil, la magie opère tant sa masse s’impose au milieu de cette immensité désertique.

Notre premier coucher de soleil

Notre premier coucher de soleil

Yulara, une ville au cœur du désert

Uluru Ayers Rock accueille chaque année des centaines de milliers de touristes, venus découvrir ce qui est devenu pour beaucoup, un des emblèmes de l’Australie.

Une véritable ville s’est installée au beau milieu de rien, hôtels, boutiques de souvenirs, supermarché, station-service, piscines, camping et bien sûr, des logements pour les employés. Yulara est le seul endroit où il soit possible de loger à moins de 100 km d’Uluru, il était donc nécessaire d’être en mesure de répondre à la forte demande.

Vous l’aurez compris, à peine sortis de notre désert, nous avons retrouvé pleins de touristes et ce, malgré le fait que nous soyons en basse saison ; bizarrement, cela ne nous avait pas manqué… Heureusement, il y en a des biens, des touristes. C’est à Yulara que nous avons rencontré Nathalie et Stéphane, un couple de nantais parti faire un tour du monde de 8 mois avec leurs 4 enfants, beau challenge. Nous nous sommes vraiment bien entendus, beaucoup de points communs, notamment un goût prononcé pour la randonnée, et même les petits tiennent la route, des marches de 3h sous le soleil ne leur font même pas peur.

Un p'tit plouf

Un p’tit plouf

Une autre merveille, beaucoup moins connue…

Le Parc National d’Uluru Kata Tjuta renferme une autre merveille qu’Uluru, les monts Olga, à environ 50 km du premier site. Les monts Olga, ce sont un ensemble de petits sommets rond dont le plus haut dépasse Uluru d’environ 200 m.

Nous sommes allés découvrir ces montagnes au lever de soleil puis avons poursuivi par une randonnée dans la Vallée des Vents. C’était absolument magnifique, nous avons d’abord progressé dans une immense gorge fermée par de grandes parois lisses et rouges puis sommes sortis sur une plaine, au cœur des monts Olga. Nous étions quasiment seuls à faire le grand tour et avons pu profiter avec bonheur de cet endroit paisible. Le site est moins connu – et surtout, moins médiatisé – qu’Uluru mais il vaut largement le détour, la randonnée nous a même davantage plu que celle d’Ayers Rock. A faire absolument !

Superbe canyon

Superbe canyon