Saveurs des îles (Nouvelle-Calédonie)

Saveurs des îles (Nouvelle-Calédonie)

A TABLE ! Saveurs des îles (Nouvelle-Calédonie)

Nos vacances en Nouvelle-Calédonie nous ont permis de renouer avec la gastronomie. Des plats traditionnels aux fruits et légumes de saison en passant par quelques produits de la mer, nous nous sommes régalés…

Ce n'est pas tous les jours repas gastro !

Ce n’est pas tous les jours repas gastro !

Le Bougna de Dida

Le bougna est un plat traditionnel de Nouvelle-Calédonie. Il s’agit d’une sorte de ragoût à base de poulet ou de poissons, accompagnés de taros, de patates douces, de banane poingo, de tomates et d’ignames, le tout arrosé de lait de coco. Le tout est emballé dans des feuilles de bananiers et cuit à l’étouffé dans un four kanak. Un gros feu de bois est monté pour chauffer des pierres, puis les mets placés dans le four sous les pierres sont cuits à l’étouffé par la chaleur emmagasinée dans les pierres.

Notre bougna, nous l’avons dégusté chez Dida, une kanak basée à l’Ile des Pins. L’igname a été remplacé par de la citrouille et de la chouchoute car ce n’était plus la saison. Il venait juste d’être planté pour l’année prochaine.

Le mariage était vraiment très bon car la chouchoute et la citrouille apportaient des textures moins farineuses que les autres légumes, nous nous sommes régalés.

Pour la petite histoire, la chouchoute ou chayote, appelée christophine aux Antilles Françaises et en Guyane, chouchou à la Réunion et à l’Ile Maurice, est appelé Chuchu au Brésil… Nous étions donc destinés à goûter ce légume, de la famille des cucurbitacées, cultivé sous climats chauds.

En termes de goût et de texture, la chouchoute ressemble à la courgette, elle contient néanmoins 10 à 15% d’amidon qui rend son épluchage acrobatique, la bête ayant tendance à vouloir s’échapper.

Le Crabe de Cocotier

Sur les conseils de Fred, un ami de Morgane et Julien rencontré à Nouméa, nous sommes allés nous faire un petit plaisir au Fenepaza, un restaurant au nord de Lifou. La spécialité : le crabe de cocotier, le plus grand arthropode terrestre. Ce crabe, de la famille des bernards l’hermite, originaire des îles de l’Océan Indien, est connu pour sa capacité à casser des noix de coco – son met préféré – grâce à ses puissantes pinces.

Un crabe de cocotier

Un crabe de cocotier

Le crabe de cocotier, contrairement à ses congénères, est un animal terrestre, capable de se noyer s’il est immergé trop longtemps. Cette créature impressionnante peut mesurer jusqu’à 1 m de long et peser près de 5 kg. Le nôtre ne faisait que 2 kg mais possédait déjà des pinces énormes…

Nous nous sommes régalés de sa chair très fine, proche de l’araignée et de la sauce épaisse qui avait été préparée avec le corail contenu dans son corps et du lait de coco, un délice !

Une belle langouste grillée, ça vous tente ?

Eh bien nous, la langouste, nous l’avons dégustée sur une plage déserte, à la mode Robinson… enfin presque. Kevin nous avait apporté deux beaux spécimens – 500 g chacune – récemment pêchés qu’il nous a faits griller au feu de bois et nous a servis dans des assiettes joliment présentées.

C’est la première fois que je mangeais de la langouste. J’ai trouvé que la chair était fine et généreuse mais trop ferme pour moi. C’est Chuchu qui est content, les glaces, c’est moins cher que la langouste !

Les kanaks que nous avons rencontrés nous ont expliqué que la langouste se pêche de nuit, à des profondeurs pouvant aller jusqu’à 10 m. Ils organisent donc des nuits « pêche » et reviennent parfois avec une quarantaine de kilos.

Les litchis de Maman Chéru !

Bon, d’accord, nous étions un peu en avance sur la date mais nous avons respecté la tradition : manger des litchis à l’approche de Noël ! D’habitude, c’est Maman Françoise qui nous fournit mais là, elle était un peu loin. A Lifou, nous avons croisé des arbres à litchis énormes, ils étaient couverts de grosses grappes rouges, prêtes à être cueillies.

Ceux que nous avons acheté étaient les tous premiers, ils auraient mérité encore quelques jours de soleil mais étaient déjà exceptionnels comparés à ceux que nous trouvons en métropole. Il vous suffit de plonger votre nez dans le sac pour être enivré par leur parfum puissant. L’apothéose est atteinte lorsque vous éplucher leur peau pour trouver un fruit généreux et ruisselant de sucre… vous imaginez ? Pas bien, eh bien, prenez l’avion, vous ne serez pas déçus…

Un petit dernier pour la route, les mangues de Lifou

Chez Remy et Agathe, nous n’avions qu’à nous baisser pour ramasser de délicieuses petites mangues, gorgées de sucre. Chaque jour, à tour de rôle, nous faisions le tour du jardin pour remplir notre saladier de ces petits trésors.

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de goûter des mangues en France et je n’ai jamais été convaincue. Je trouvais cela relativement fade et sans grand intérêt. Un soir, David, notre savoyard baroudeur, nous a découpé avec dextérité quelques petites mangues. Curieuse de découvrir des saveurs d’ailleurs, j’ai à nouveau tenté l’expérience de la mangue et là, ça a été LA révélation. Elles étaient magiques ces petites mangues, un délice pour les papilles. Enchantée par cette découverte, j’ai réussi à en faire manger à Chuchu – plus fan de pâtes que de fruits – qui a lui aussi été conquis.

Pendant 4 jours, nous avons donc fait une cure de mangues, du petit déjeuner au dîner en passant par le goûter, toutes les occasions étaient bonnes…

Alors, convaincus par les îles calédoniennes ?!