The Great Ocean Road

The Great Ocean Road

Du 16 au 18 janvier 2015

Un joyau de l’Australie

La Great Ocean Road est l’un, sinon, le lieu le plus visité d’Australie. Locaux et touristes s’y pressent pour aller découvrir ses joyaux. Depuis Torquay, à environ 1h30 de Melbourne en direction de l’ouest, jusqu’à Port Campbell, la côte sud australienne n’est qu’une succession de superbes plages, de côtes déchiquetées et de formations rocheuses exceptionnelles. L’océan y est tout aussi sublime, d’un bleu clair éclatant, il invite les surfeurs à venir défier ses déferlantes.

La GOR, construite en l'honneur des soldats

La GOR, construite en l’honneur des soldats

Un soleil radieux nous a accompagnés durant notre première journée. Nous avons fait une halte à Torquay, la capitale de l’industrie du surf, pour visiter son musée. Celui-ci se trouve au beau milieu de Surf City, une zone commerciale dédiée exclusivement au surf. Nous avons déambulé au beau milieu de planches mythiques, dont celles de Duke Kahanamoku – un hawaïen venu en Australie au début des années 1900 – tout en découvrant un peu l’histoire de ce sport devenu un emblème dans le pays.

En repartant, nous nous sommes arrêtés à Bells Beach, une plage mythique où se déroule chaque année un championnat du monde. Nous avons ensuite profité de la superbe route qui longe jusqu’à Apollo Bay. Nous y sommes arrivés sous une petite bruine et un ciel tout gris…

 

Une rencontre inattendue… sur la route du Cape Otway

Après les plages de la côte, nous avons voulu découvrir le phare du Cape Otway qu’il est possible de visiter, ce qui n’est pas chose courante.

Arrête de m'écraser le nez !

Arrête de m’écraser le nez !

Nous avions quitté la route principale et roulions vers le phare lorsque je me suis mise à lire le guide. Il était indiqué que nous pouvions voir des koalas sur la route menant au cap lorsque soudain, David a aperçu un animal qui traversait la route au loin. Il a d’abord cru à un chien puis s’est ravisé, il s’agissait en fait d’un koala !

Nous nous sommes garés sauvagement sur le bord de la route et sommes partis à la rencontre de cette grosse peluche. Il a grimpé dans un arbre mais celui-ci était protégé plus haut par une coque en plastique. Il a tenté une diversion en montant sur une autre branche puis en tentant un saut mais il a fini en glissade sur le plastique… Excellent !

Un peu agacé par cet obstacle, notre koala est descendu de son arbre pour aller en chercher un autre. Il a trouvé une position adéquate – toujours un peu surprenante de notre point de vue – et s’est mis à attraper des branches pour en dévorer les feuilles. Evidemment, notre intérêt pour les arbres a suscité la curiosité des touristes en route pour le cap qui se sont tous arrêtés là… On ne peut vraiment pas être tranquille. Bref, nous avons passé une heure à profiter de ces rencontres inattendues et magiques avec les koalas, car bien sûr, il y en avait un autre. Un jeune koala, avec une frimousse à croquer, est aussi descendu de son arbre et a entamé une petite course pour traverser la route, on aurait dit un petit ourson, il était craquant.

Ce sont les yeux remplis de belles images que nous avons quitté ces petits êtres merveilleux pour aller visiter notre phare. C’était très intéressant, nous avons pu discuter avec un ancien gardien qui nous expliqué un peu la vie qu’il avait eue.

Au retour, nous avons fait de nouvelles rencontres, notamment avec deux mamans koalas qui marchaient sur la route avec leurs petits accrochés sur le dos. Il y avait encore un peu de monde mais elles ne semblaient pas effrayées, nous avons pu les observer un bon moment avant de les laisser en paix, heureux d’avoir eu la chance de rencontrer ces animaux dans leur milieu naturel et, qui plus est, très actifs contrairement à ce que nous avions vu au zoo de Brisbane.

Une rencontre inespérée

Une rencontre inespérée

Les Douze Apôtres, une histoire à rebondissements !

Les Douze Apôtres, ce sont en fait 9 formations rocheuses gigantesques qui se sont détachées de la côté suite à l’érosion des falaises. Je me souviens d’un film où l’on découvre cette magnifique plage où s’alignent ces immenses blocs de roche, les cinéphiles se souviendront peut-être du titre…

Depuis le haut des falaises – seul endroit d’observation du site depuis la terre – on ne peut voir que 7 Apôtres ; pour pouvoir découvrir les autres, il faut s’envoler.

La première fois que nous nous sommes rendus sur le site, le temps était très couvert. Malgré tout, nous avons été émerveillés par l’incroyable travail de la mer et du temps qui ont façonné ces falaises. Le site est gigantesque, les rochers s’égrainent sur plusieurs kilomètres de plage et l’on ne se lasse pas de regarder les déferlantes venir se casser sur ces géants de pierre. L’endroit est tellement grandiose que nous avons craqué et sommes partis faire un petit tour en hélicoptère, histoire de voir nos 9 Apôtres. C’est vraiment superbe, dommage pour le temps…

Le soir même, nous sommes revenus voir le coucher du soleil mais les nuages n’ont laissé que peu de place aux lumières du couchant. Tout n’était cependant pas perdu puisque j’ai discuté un bon moment avec un touriste équipé d’un bel appareil photo et appris beaucoup de choses.

Nos premiers kangourous !!!

Nos premiers kangourous !!!

Le lendemain matin, le réveil a sonné aux aurores car nous voulions retourner voir nos Douze Apôtres au lever du soleil. A notre grand désespoir, les nuages n’avaient toujours pas laissé place au soleil. Pour ma part, j’ai continué mes cours de photo improvisés avec un autre monsieur venu admirer le spectacle.

Le lever de soleil

Le lever de soleil

Ca sert quelques conseils !

Ca sert quelques conseils !

Nous sommes ensuite repartis au camping pour déjeuner et plier la tente. Il y avait encore de nombreux sites à visiter après les Douze Apôtres et nous avions surtout pas mal de route à faire. En repartant, nous n’avons tout de même pas pu nous empêcher d’aller les voir une dernière fois, en espérant une éclaircie qui n’est pas venue.

Nous avons repris la route, un peu frustrés de ne pas avoir eu la chance de découvrir ce site exceptionnel sous le soleil. Durant toute la matinée, nous avons égrainé les nombreux sites qui jalonnent la côte jusqu’à Port Campbell et nous sommes arrêtés à un point de vue pour pique-niquer. En l’espace d’une demi-heure, le ciel s’est complètement ouvert pour laisser place à une tempête de ciel bleu. La couleur de l’océan s’est totalement transformée, tout comme les couleurs des roches. Nous n’étions qu’à 12 km des Twelves Apostles et avons décidé de faire demi-tour, nous ne pouvions pas rater une si belle occasion.

Notre pique-nique, à Port Campbell

Notre pique-nique, à Port Campbell

Pas un instant nous n’avons regretté, le site était complètement métamorphosé par la lumière du soleil, les couleurs ternes que nous avions découvertes depuis 2 jours avaient disparu, c’était de toute beauté ! Nous sommes restés un long moment à profiter du spectacle avant de les saluer une dernière fois…

On y croyait plus...

On y croyait plus…