Tasmanie – La Côte Est

Tasmanie – La Côte Est

Tasmanie – La côte Est

Sur les routes… et les pistes de Tasmanie

Du 1er au 13 janvier 2015

Une faune incroyable…

La Tasmanie, c’est un zoo à ciel ouvert, les animaux sont présents partout et malheureusement aussi sur les routes. Nous avons été choqués par le nombreux d’animaux morts que nous avons croisé, en 13 jours seulement, nous avons pu les compter par dizaines, quel dommage. La plupart des espèces sont très actives la nuit et nous savons qu’il est difficile d’éviter un animal lorsque celui-ci sort d’un fourré pour traverser.

Nous en avons d’ailleurs fait l’expérience mais heureusement, sans dégât. Un wombat, sorte de petit ourson qui marche à quatre pattes, est sorti de la forêt alors que nous étions en descente sur route mouillée, j’ai juste eu le temps de piler pour ne pas le toucher. Une autre fois, c’était un échidné à bec court, ça ressemble à un hérisson et puis, nous avons évidemment croisé quelques wallabies.

Rencontre avec un petit wallaby

Rencontre avec un petit wallaby

Les échidnés et les wallabies sont très nombreux et on peut facilement en voir en pleine nature, pour les wombats et les diables de Tasmanie, c’est une autre histoire. Nous pensons avoir aperçu un diable lors d’une randonnée dans la région du Lake St-Clair mais rien n’est sûr. Bref, nous nous sommes régalés durant notre séjour, ces animaux sont tellement fascinants. Les oiseaux sont aussi très nombreux, en revanche on les entend beaucoup mais on les voit très peu. Nous avons quand même eu la chance de voir des cacatoès – blanc et noir, des kookaburras, ainsi que de minuscules oiseaux, bleus et beige, un couple de Mérion Superbe. Notre rencontre la plus spectaculaire restera quand même un black snake, un serpent très dangereux croisé sur la Tasman Peninsula.

 

A la découverte des falaises et des plages sauvages de la côte est

Notre périple a commencé par la Tasman Peninsula, juste au nord d’Hobart. Le bush alterne avec de grandes plaines brûlées par le soleil, le paysage est fascinant. Sur la route menant à l’extrémité de la péninsule, à Port Arthur, on découvre de nombreux sites géologiques en bord de mer. Le Tessellated Pavement, par exemple, est une formation rocheuse quasiment plane située au niveau de la mer et striée de manière tout à fait régulière. En découvrant le site, on pourrait penser que d’énormes pavés ont été déposés là par l’homme mais non, il s’agit d’un phénomène naturel, incroyable.

A Port Arthur, nous avons marié nature et culture. Côté nature, nous avons randonné pendant une journée jusqu’au Cap Raoul, un enchaînement d’immenses gendarmes dont la taille décroît à mesure que l’on s’approche de l’océan. Le site est spectaculaire et la randonnée fabuleuse. Un sentier forestier débouche sur une falaise de plusieurs centaines de mètres, en un instant, on se retrouve au bord du vide, face à l’océan et ses couleurs sublimes. Durant toute la marche, nous avons surplombé la mer et découvert des endroits magnifiques, un régal.

Pour la culture, rendez-vous au pénitencier de Port Arthur, un site chargé d’histoire qui vous fera découvrir la vie des prisonniers anglais puis australiens qui ont été enfermés là durant des années. Nombreux sont ceux qui y ont appris un métier et qui ont participé à l’importante industrie développée à l’époque. Crée en 1877, la prison a fonctionné pendant 47 ans, les détenus y ont produit du bois, des briques, des céramiques, des vêtements, des chaussures et beaucoup d’autres choses encore…

Après la Tasman Peninsula, nous avons poursuivi vers le nord et sommes remontés jusqu’au Freycinet National Park. Sur la côte, nous avons découvert des plages superbes et notamment celle de Mayfield Bay. Une immense étendue de sable blanc, les montagnes du Freycinet National Park fondues au loin et une eau sublime – mis à part la température, comme d’habitude.

A Freycinet, nous avons aussi fait une randonnée d’une journée entre Hazardous Beach et Wineglass Bay, c’était chouette mais un peu trop fréquenté à notre goût, nous avons d’ailleurs dû dormir dans un camp gratuit qui ressemblait plus à un terrain vague tellement tout était plein… Heureusement que nous avons eu le bonheur de croiser des wallabies – des mamans avec leurs petits – et des blue tong lezards.