Sanur et Tanah Lot

Retour à la civilisation, à Sanur

Du 16 au 18 mars 2015

Sauve qui peut…

Après une matinée plutôt agréable sur les pentes du Kelimutu, nous avons quitté Moni pour rejoindre Maumere avec l’espoir de prendre un avion pour Bali dans la foulée. Après avoir attendu deux heures sur un banc au bord de la route, nous avons fini par trouver un taxi collectif qui nous a déposés à l’aéroport de Maumere. Malheureusement, il était déjà trop tard et il n’y avait plus d’avion en partance pour Bali…

Maumere

Maumere

Qu’à cela ne tienne, nous avons acheté nos billets pour le lendemain et sommes allés nous installer au Gardena Hotel dans l’espoir de nous reposer. Finalement, l’ambiance glauque de notre chambre et les draps plutôt douteux nous ont poussés dehors et nous sommes allés nous balader en ville.

Livraison de bananes !

Livraison de bananes !

Nous avons découvert une ville sans grand intérêt et sale mais avons tout de même eu le plaisir de rencontrer un gentil monsieur sur le port. Nous avons papoté 5 minutes, il parlait relativement bien anglais et était visiblement content de faire notre connaissance. En retournant à l’hôtel, nous sommes retombés sur lui, il tient un petit warung – restaurant local – dans le centre et nous a invités à boire un thé glacé.

De retour à notre hôtel, nous avons retrouvé deux personnes qui étaient en croisière avec nous. Décidément, Flores est une petite île. Derek, l’un d’eux, était aux anges, il voyage seul et était soulagé de trouver de la compagnie dans ce coin plutôt déprimant. Nous avons passé la soirée ensemble à refaire le monde, et en particulier l’Indonésie…

Retour à la civilisation

Le lendemain, après 1h20 de vol, nous reposions les pieds à Bali, soulagés de retrouver un endroit où la vie s’avérait facile… Pour nos derniers jours en Indonésie, nous avions choisi de revenir explorer le sud de l’île que nous n’avions pas eu le temps de découvrir lors de notre premier passage.

L'artère principale de Sanur

L’artère principale de Sanur

Nous avons posé nos sacs à Sanur, une petite station balnéaire touristique mais plutôt calme. Echaudés par nos expériences florésiennes, nous étions un peu frileux à l’idée de chercher un logement. Nous avons finalement trouvé une chambre « grand luxe », comparée à ce que nous avions connu les jours précédents : une grande pièce propre et décorée avec goût, une salle de bain équipée d’une baignoire – avec de l’eau chaude et un débit normal – et de WC avec chasse d’eau. Les petits plus de notre palace : un mini réfrigérateur et la climatisation ! Nous avons passé trois nuits de rêve dans cet endroit plaisant où il faisait bon rentrer et se détendre.

Sanur est un endroit tranquille où les gens viennent goûter aux plaisirs de l’océan. Petits hôtels, restaurants et boutiques en tous genres animent la rue principale. On y flâne volontiers, à la recherche de babioles ou de tissus colorés. Côté plage, c’est plutôt décevant, les transats des grands complexes hôteliers ont envahi le front de mer, le sable est granuleux et la mer un peu sale, mieux vaut donc se tourner vers la culture…

Escapade à Tanah Lot

C’est sur un petit scooter que nous avons parcouru la quarantaine de kilomètres qui nous séparait de Tanah Lot et de son temple. Après avoir quitté les grands axes qui traversent Denpasar, nous avons fait un petit détour par Kuta avant de trouver le chemin de Tanah Lot. Nous avons demandé notre chemin à maintes reprises mais la langue de Shakespeare n’est pas encore maîtrisée par tous les balinais.

La route sinueuse nous a fait traverser villages et rizières, sous un grand soleil, avant d’arriver sur le site le plus visité de Bali, le Pura Tanah Lot. Pour les balinais, le Pura Tanah Lot est l’un des temples de la mer les plus importants et les plus vénérés. Perché sur un énorme rocher, il domine la mer à quelques dizaines de mètres de la côté. Il ne se visite pas mais il est possible d’aller jusqu’à son pied, à marée basse uniquement.

Nous nous sommes baladés sur le site et avons admiré plusieurs autres temples accrochés aux falaises. Un peu plus loin, nous avons même trouvé une cascade assez originale puisqu’elle tombait, sur une plage de sable noir…

Jusqu’au bout…

De retour à Bali, nous pensions en avoir terminé avec les gens sans parole mais nous faisions erreur. Notre vol pour Bangkok étant programmé à 7h20, nous avions trouvé un chauffeur pour nous conduire à l’aéroport à 4h du matin. Le jeune nous avait loué son scooter pour aller à Tanah Lot et nous semblait digne de confiance. Eh bien une nouvelle fois, nous avions eu tort de le croire. A 4h20, nous étions toujours devant notre guest house à nous demander comment nous allions nous rendre à l’aéroport à une heure aussi matinale. Fort heureusement, un taxi providentiel est passé par là et nous a conduits à bon port… Une dernière anecdote qui ne nous aidera pas à nous réconcilier avec l’Indonésie.