Le Condor (au Pérou)

Le Condor (au Pérou)

LE COIN DES ENFANTS – Le condor (au Pérou)

Le condor des Andes

IMG_7792

Le condor est un oiseau vivant principalement dans les montagnes de la Cordillère des Andes. C’est une espèce qui a disparu de certains pays d’Amérique du Sud. Aujourd’hui, on le retrouve essentiellement au Pérou, au Chili, et en Argentine. Il ‘agit du second plus grand oiseau capable de voler après l’albatros (jusqu’à 3,5 m d’envergure).

Le condor des Andes est le plus grand des condors, mesurant 1,3 m de haut. Du fait de son poids de 11 (mâle) à 13 kg (femelle) et de son envergure, jusqu’à 3,2 m, il s’épuise après une trentaine de battements d’ailes.

Il utilise les courants d’air ascensionnels pour planer en faisant des cercles. On le trouve entre 3 000 et 5 500 mètres d’altitude, mais en faisant ces cercles, il peut attendre jusqu’à 6 000 mètres.

Son plumage est noir et blanc, c’est un charognard qui se nourrit essentiellement de cadavres de grands mammifères. Le condor peut facilement vivre deux semaines sans nourriture lors des périodes où celle-ci se fait rare. Son espérance de vie est de 70 ans.

Le nom condor vient de Kundur en Quechua, la langue des incas, toujours parlée dans de nombreuses régions des Andes péruviennes et seconde langue officielle du Pérou. On estime la population du condor des Andes à seulement 10 000 individus et cette population ne fait que décroître, ce qui fait que l’espèce est considérée comme menacée depuis 1977.

Le condor état un oiseau sacré pour les incas et l’est encore pour beaucoup de péruvien, c’est d’ailleurs un emblème national.

Lors de notre visite du Pérou, nous avons fait escale à Arequipa, une jolie citée nommée la ville blanche.

Non loin d’Arequipa se trouvent les deux canyons les plus profonds du monde : le Canyon de Cotahuasi avec ses 3 535 m, suivi de peu par le Canyon de Colca, 150 m moins profond.

Durant 3 jours, nous avons marché dans le Canyon de Colca et avons eu la chance de contempler deux condors avant de descendre au fond du canyon. Le vol de cet oiseau est vraiment d’une grande majesté et il faut savoir se lever de bonne heure pour pouvoir l’apprécier. C’est en effet entre 6 et 8h le matin que la probabilité de pouvoir l’admirer est la plus grande.