La magie de Hoi An

La magie de Hoi An

Du 6 au 7 mai 2015

Un petit nid douillet

Après une nuit dans le bus et trois nuits à la dure chez Hoa, nous nous sommes accordés un séjour dans un petit hôtel de charme. Chambre décorée avec goût, lit douillet, piscine, le tout dans un cadre paisible, rien de tel pour reposer nos corps malmenés. Nous n’avons jamais été aussi heureux de nous asseoir sur une chaise pour déjeuner !

Le personnel était aux petits soins, nous étions les seuls à profiter de la magnifique piscine, bref, un vrai bonheur. Sans parler de confort, il fallait quand même que nous fêtions dignement nos 10 mois de voyage… Oui, ça commence à sentir le retour.

Une cité pleine de charme

Hoi An est une ville historique tout à fait charmante, la vieille ville a d’ailleurs été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1999. Etablie sur les bords de la rivière Thu Bon, elle se prête volontiers à la flânerie. Ses petites rues sont bordées de maisons traditionnelles dont la plupart ont été transformées en boutiques ou en atelier de confection. Interdites aux voitures, elles ne sont vraiment paisibles que quelques heures par jour lorsque l’accès aux motos est également suspendu.

La cité est fleurie, de merveilleux bougainvilliers sont accrochés aux façades et donnent aux ruelles un petit air champêtre. De belles pagodes sont disséminées au travers la ville et font le bonheur des visiteurs. Vous pourrez goûter au plaisir de la navigation et découvrir la ville depuis la rivière ou simplement la traverser par quelques jolis ponts dont le Pont Couvert Japonais. Cet édifice, dans lequel se trouve un petit temple, a été construit en 1593 par la communauté japonaise pour établir une voie de communication avec le quartier chinois situé sur l’autre rive.

Selon la légende, il existait jadis un monstre géant du nom de Cu, dont la tête se trouvait en Inde, la queue au Japon et le corps au Vietnam. Chacun de ses mouvements provoquait au Vietnam une série de catastrophes naturelles. Les habitants auraient alors érigé un pont sur le talon d’Achille de la bête, afin de la tuer. Après sa mort, la population, prise de pitié, aurait construit ce temple pour rendre hommage à son âme.

La magie de Hoi An, vous la découvrirez de nuit, lorsque des centaines de lampions colorés illuminent les maisons et les ruelles. Il règne alors dans la cité une atmosphère douce et reposante.

Les célèbres lampions en soie

Les célèbres lampions en soie

Visite d’une entreprise d’Etat

Fabrication du fil de soie

Fabrication du fil de soie

Au Viêtnam, l’artisanat est soutenu par l’Etat qui possède des entreprises regroupant différents métiers, une manière de perpétuer les savoir-faire. Nous avons pu visiter l’une d’entre elle, accompagnés d’une jeune femme maîtrisant parfaitement la langue de Molière.

Travail de la soie, broderie du coton ou du lin, confection de tableaux – en broderie également, sculpture du bois, confection de vêtements sur mesure et enfin, confection de lanterne en bambou ou en soie, voici les spécialités que nous avons découvertes.

Notre guide nous a présenté les différentes étapes de fabrication de la soie, en commençant par la croissance des vers. A l’âge de 10 jours, ceux-ci passent les ¾ de leur temps à manger, le reste étant consacré au sommeil. Au 17e jour, ils arrêtent de dormir pour ne plus faire que manger. Au 18e jour, ils sont placés sur un support en bambou quadrillé dans lequel ont été placés des herbes et des branchages. Les vers trouvent leur place dans ce nouvel environnement et se mettent à fabriquer un fil de soie qui, jour après jour, va finir par les envelopper en formant le cocon. Après l’éclosion, le ver va se transformer en papillon, le cocon sera récupéré et exploité.

Il existe des cocons de couleur jaune ou blanche – les seules couleurs naturelles de la soie, celle-ci variant en fonction de la variété du ver. Un cocon de fil de soie mesure entre 600 et 1 000 m, lorsque celui-ci est récupéré, le fil est tiré et roulé sur lui-même pour former la soie. Pour fabriquer du taffetas, les fils de plusieurs cocons sont assemblés avant de former la soie puis l’effet moiré est obtenu en mélangeant deux couleurs de soie.

Après la soie, nous avons visité les ateliers de broderie où les ouvrières travaillent des pièces en coton ou en lin, pour fabriquer notamment des nappes, de napperons ou des draps.

L’atelier qui nous a le plus subjugué est celui de la confection de cadres en broderie. Certaines œuvres étaient exposées sous verre et ressemblaient à s’y tromper à des photographies. Nous avons été bluffés, ces femmes sont de véritables artistes. Tout se fait sur la base d’une photo, un dessinateur reproduit le modèle à la craie sur un papier noir puis l’ouvrière chargée de la broderie va ensuite sélectionner les couleurs de fils pour reproduire l’image. La confection d’un tableau au format A3 va nécessiter 4 mois de travail à raison de 8h par jour.

Nous avons terminé notre tour par les ateliers de confection sur mesure. Une armée d’ouvriers – hommes et femmes – sont affairés à leur machine à coudre, prêts à confectionner des pièces en quelques heures. Costumes, tailleurs, robes, pantalons, l’atelier fonctionne 24h/24 – 7j/7 et satisfait ainsi la demande des voyageurs, souvent de passage dans la cité.

Le royaume des tailleurs

Envie d’une robe de soirée, d’un costume, d’un manteau ou de n’importe quelle autre pièce, vous êtes ici dans le meilleur endroit pour faire confectionner les vêtements de vos rêves, et sur mesure, bien sûr. A Hoi An, la concurrence est féroce, les ateliers de confection pullulent à chaque angle de rue, chacun présentant les modèles de sa création mais aussi, bien souvent, de plus ou moins belles copies.

Une maison traditionnelle convertie en boutique

Une maison traditionnelle convertie en boutique

Impossible de flâner dans une rue sans être hélé ou accosté par une couturière vantant ses mérites. Elles sont toutes capables de reproduire n’importe quel modèle de votre choix. Installez-vous dans une boutique et l’on vous présentera les derniers catalogues de grandes enseignes. Le travail pourra être effectué dans la nuit, les retouches, en quelques heures le lendemain, et vous repartirez vêtus de la tête au pied, avec du sur-mesure s’il vous plaît.

Les prix varieront en fonction de la qualité des tissus et de la complexité des modèles et bien sûr, les négociations sont toujours ouvertes.

Envie d’évasion

Envie de quitter la foule et les vieilles pierres, aucun problème, les environs de Hoi An offrent de belles balades dans la campagne et de ravissantes plages. C’est à bicyclette que nous sommes partis battre la campagne et retrouver l’authenticité propre à ces contrées. Observer les paysans travaillant dans les champs, les buffles allongés dans les rivières ou dans la boue, tous ces tableaux aux couleurs lumineuses nous transportent dans un autre monde, dans un autre temps…

Chuchu se chinoitise

Chuchu se chinoitise

En approchant de la côte, les routes s’élargissent, les habitations et les boui-bouis se font plus nombreux, les touristes sont attendus. On aimerait pouvoir se promener tranquillement et savourer la sérénité du bord de mer mais ici, cela n’est possible qu’après s’être acquitté du parking pour les vélos, obligatoire, même pour qui veut simplement admirer la vue.

Envoutante fleur de lotus

Envoutante fleur de lotus

Nous avons donc poursuivi notre chemin pour nous éloigner de la zone touristique et avons enfin pu voir la mer. La plage de An Bang Beach est très jolie, un petit coin de paradis. Il faut trouver sa place parmi les transats qui ont été installés par les locaux mais ensuite, on se laisse apaiser par le bruit des vagues et envoûter par le paysage…