Ko Tao, un équilibre fragile…

Ko Tao, un équilibre fragile…

Du 28 au 31 mars 2015

Changement de cap

Il est heureux Chuchu

Il est heureux Chuchu

Après avoir exploré les îles de la mer d’Andaman, nous avons changé de cap et largué les amarres à Ko Tao, dans le Golfe de Thaïlande. Nos amis nous avaient chaudement recommandé Ko Samui, un petit coin de paradis devenu leur fief estival, mais nous avons opté pour Ko Tao, à priori l’un des plus beaux spots de plongée au monde. Les îles Gili nous ayant offert un superbe spectacle, nous étions pressés de repartir à la découverte du monde marin.

Après une journée de voyage, entre bateaux et bus, nous étions contents de poser le pied à Ko Tao. Les débuts ont été un peu agaçants, nous avons dû batailler avec les taxis pour ne pas payer la course à prix d’or et changer d’hôtel dès le lendemain de notre arrivée mais, au final, nous avons passé un agréable séjour sur cette île. L’endroit est touristique mais sans excès, les constructions sont restées relativement discrètes et on ne se sent pas oppressé.

Bienvenue à Sairee

Sairee, c’est un petit village sympa aux airs de station balnéaire.

En se promenant dans ses ruelles, on se rend vite compte que les clubs de plongée en ont fait leur fief. Tout le monde passe sa journée en maillot de bain, alternant les sorties en mer et le farniente, il faut dire que la plage s’y prête à merveille. Sable fin, cocotiers, eau transparente, rochers façonnés par la mer en toile de fond, l’endroit est parfait. Chasseurs de vagues, s’abstenir, ici, la mer est calme et il n’y a pas de fond, à marée basse, il faut faire 100 m pour avoir de l’eau jusqu’à mi-cuisse. Il ne reste plus qu’à s’allonger dans l’eau, qui avoisine les 30°C, et à se laisser porter…

La journée s’écoule paisiblement, nombreux sont ceux qui sont partis en mer pour plonger, la quiétude s’est emparée du village. En fin de journée, les rues s’animent, tout le monde sort pour boire un verre ou dîner, les petites carrioles s’alignent au bord des trottoirs et proposent leur cuisine de rue.

Côté plage, les bars vous invitent à vous détendre dans de gros coussins ou à faire la fête dans une ambiance survoltée. Un soir, nous avons assisté à un spectacle de jongleurs de feu vraiment sublime. Sur fond de musique électro, ces jeunes incroyablement doués nous ont éblouis par leur dextérité.

En Thaïlande, on cuisine dans la rue

Marchés de nuit, carrioles aux coins des rues, petits bouibouis, ici, mis à part dans les restaurants pour touristes ou un peu haut de gamme, tout le monde cuisine dans la rue, au grand air.

A Ko Tao, nous avions trouvé notre cantine, un petit restaurant sans prétention, le Tik. La salle est située devant la maison des propriétaires, la mère a ses fourneaux dans le jardin et la fille assure le service, une affaire de famille. Nous nous sommes régalés de riz frit au poulet, de curry, de pad thaï mais aussi, de merveilleux shake aux fruits frais.

Côté desserts, le choix est plus limité mais nous avons, enfin j’ai, trouvé mon bonheur avec les pancakes. Ce sont en réalité des crêpes bien grasses – cuites à l’huile et au beurre, fourrées de fruits ou simplement couvertes de chocolat, de lait sucré ou parfois les deux.

A Ko Tao, M. Ali est le roi du pancake, chaque soir, il assure le show à Sairee. Penché sur son « tuk-tuk cuisine », il vous prépare des pancakes de rêve en une succession de gestes saccadés, on pourrait presque croire qu’il est atteint de maladie de Parkinson. Il enchaîne tous ses gestes avec une rapidité impressionnante, jette tout ce qu’il touche – de la cuillère à beurre à la peau de banane – chaque élément retombant au bon endroit.

J'ai une preuve, il n'y a pas que moi qui mange des desserts !!!

J’ai une preuve, il n’y a pas que moi qui mange des desserts !!!

Joyeux anniversaire…

Il fallait bien que ça arrive à un moment… c’est donc à Ko Tao que j’ai fêté mes 37 printemps, il y a pire ! Eh bien pour mon anniversaire, j’ai été gâtée. David est parti faire de la plongée toute la matinée sur deux sites : Chum Phon Pinnacle et Him Wong Pinnacle. J’aurais pu partir à la découverte du monde de Némo mais mon otite m’a clouée en ville, privée de plongée. Alors, pour me venger, je suis allée faire les boutiques, sans me faire gronder par mon amoureux qui en a une sainte horreur… Malheureusement, je suis revenue bredouille, même pas un paréo ou une petite robe à me mettre sous la dent, incroyable. Pas grave, je me rattraperai plus tard !

Joyeux anniversaire !!!

Joyeux anniversaire !!!

Côté plongée, David est rentré un peu déçu, il n’était pas resté très longtemps sous l’eau et surtout, n’avait pas rencontré de raie Manta ou de requin… il en rêvait. Malgré tout, il a pu voir des espèces de poissons que nous n’avions pas encore croisées : mérou géant, barracuda à queue jaune, murène aux yeux blancs, arlequin, raie à point bleu ainsi que des nudibranches, il n’était donc pas revenu bredouille.

C'est parti pour le monde de Némo !

C’est parti pour le monde de Némo !

Oh ! Un Chuchu !

Oh ! Un Chuchu !

Nous avons passé le reste de la journée à buller sous les cocotiers et dans l’eau, je me souviendrai de mon anniversaire !

A la découverte de l’île

A Ko Tao, c’est une nouvelle fois en scooter que nous sommes partis à la découverte de l’île. Nous voulions aller explorer la côte Est, moins peuplée, mais le loueur nous l’a déconseillé, nous indiquant que les routes étaient difficiles et surtout, très pentues. Nous étions un peu déçus et nous sommes donc dirigés vers le Sud par la route principale.

En chemin, nous avons traversé de jolis petits villages et trouvé de très belles plages, par endroits bordées de bougainvilliers. Nous nous sommes arrêtés à Chaiok Harbour, le lieu m’a rappelé les plages des Seychelles que Moum m’avait montrées en photo. L’ambiance était paisible et nous sommes restés un moment à admirer les bateaux traditionnels amarrés au large ainsi que les petits bungalows accrochés sur les collines.

A l’extrême sud, nous avons trouvé Shark Bay – rassurez-vous il n’y a pas de requin, simplement de bons spots de snorkelling – mais, malheureusement, l’accès se fait essentiellement par bateau. Nous étions intrigués par cette côté Est qui semble gardée par les montagnes et avons tenté une incursion.

Shark Bay

Shark Bay

Sur la moitié ouest, la route grimpe gentiment vers les montagnes, il faut bien s’accrocher mais ça passe. Le problème, c’est plus la descente vers l’est, l’île étant moins large, les routes descendent à pic. Une première fois, nous avons rebroussé chemin, c’était vraiment très raide et nous n’étions pas sûrs que le jeu en vaille la chandelle. Nous avons admiré la vue depuis les hauteurs et sommes redescendus au milieu des cocotiers.

Un peu plus loin, nous avons à nouveau tenté notre chance et sommes cette fois arrivés jusqu’à Tanote Bay, un petit coin reculé. La descente était vertigineuse aussi, j’ai d’ailleurs terminé à pied. Ici, la plage est cernée par les montagnes et des formations rocheuses sont clairsemées dans l’eau. L’endroit nous a paru vraiment chouette, jusqu’à ce que nous mettions les pieds sur la plage. Quelques déchets étaient éparpillés sur le sable et nous en avons retrouvé d’autres dans l’eau, décidément, aucune île n’est épargnée… C’est vraiment dommage parce que l’eau était superbe, très claire, elle laissait deviner les fonds, en revanche, étant plus agitée sur cette côte, elle charrie aussi plus de déchets. A Tanote Bay, il doit y avoir 3 ou 4 hôtels/guesthouse, la plage est relativement petite, aussi, nous n’arrivons pas à comprendre pourquoi ces établissements n’essaient pas d’entretenir les lieux et de faire la chasse aux pollueurs, il est également dans leur intérêt que la nature soit respectée.

Nous avons vraiment apprécié notre séjour à Ko Tao, sans hésitation notre île préférée, malheureusement, l’équilibre reste fragile, il faut espérer qu’elle sera préservée et ne deviendra pas victime, comme Ko Phi Phi, d’un tourisme destructeur…