Kangaroo Island

Kangaroo Island

Du 21 au 24 janvier 2015

Une course contre la montre…

Mise à part notre soirée romantique au Cape Dombey de Robe, nous n’avions pas visité grand-chose de cette petite commune balnéaire, nous avons donc flâné un peu avant de prendre la route pour Cap Jervis, à 420 km de là, où nous devions embarquer pour Kangaroo Island à 16h.

En route pour Kangaroo Island

En route pour Kangaroo Island

La route n’était pas sensationnelle et comme la vitesse est limitée à 100 – 110 km/h en Australie, le temps semble parfois un peu long, surtout sur une route quasiment rectiligne. Vers midi, nous avons fait une pause sur une aire de repos pour ne pas manquer notre traditionnel pique-nique : sandwiches pain de mie, mayonnaise, fromage, jambon, tomate, accompagné de quelques chips. Nous étions en train de nous délecter de ce délicieux repas lorsqu’un minibus s’est arrêté. Un monsieur en est descendu en nous demandant si nous pouvions partager la table. Quelques minutes plus tard, nous étions entourés de deux françaises et de quatre italiens dont deux habitent Melbourne. Les deux françaises ont épousé deux frères italiens et tout ce petit monde était venu rendre visite à la sœur de ces messieurs. Très organisée, cette dernière a débarqué une énorme glacière et en a sorti tout un tas de victuailles dont du chorizo fait maison. Nous avons gentiment été invités à goûter ces mets délicieux et avons passé un déjeuner fort sympathique avec ces personnes.

Oui, mais tout cela n’était pas fait pour nous avancer… Nous avons repris la route en retard sur l’horaire. David a parfois oublié les limitations en vigueur car nous voyions les aiguilles défiler mais pas les kilomètres. Pour ne rien arranger, nous avons rencontré nos premiers encombrements australiens à Victor Harbour. Les derniers 50 km ont été plutôt sportifs et nous sommes arrivés en trombe à l’embarcadère de Cap Jervis. Il était 15h50, nous devions nous présenter à 15h30 et le bateau larguait les amarres à 16h. J’ai sauté de la voiture pour aller voir si nous pouvions toujours embarquer et tout s’est finalement bien terminé !

Rencontre avec les dauphins, à Pennington Bay

Après une bonne nuit à nous remettre de nos émotions, nous sommes partis à la découverte de Kangaroo Island et de ses merveilles. Premier stop, premier coup de cœur. Il était 8h du matin, le soleil brillait et nous sommes arrivés dans un endroit magique : Pennington Bay. Celle-ci est assez grande, cernée de petites falaises, sa plage est bordée de dunes et baignée d’une mer turquoise. Les fortes vagues font souvent la joie des surfeurs mais de bon matin, nous étions quasiment seuls.

Pennington Bay...

Pennington Bay…

Nous sommes descendus sur le sable pour admirer cette merveille et nous sommes avancés sur des rochers plats formant une jolie petite piscine. Nous étions absorbés par la puissance des vagues et la perfection des rouleaux qu’elles formaient lorsque nos regards ont été attirés par une quinzaine d’ailerons fendant les eaux. Stupéfaits, nous avons d’abord cru à des requins puis, après réflexion, nous avons pensé à des dauphins.

Je suis remontée sur les hauteurs pendant que David essayait de saisir quelques images et ai découvert un fabuleux spectacle, les dauphins étaient portés par les vagues et l’on pouvait les deviner en transparence lorsqu’ils entraient dans un rouleau, c’était sublime.

Pendant presque 2h, nous sommes restés là à savourer ces instants magiques. La petite troupe n’a cessé de faire des allers et retours à une trentaine de mètres du rivage, certains s’amusant même à « surfer » les vagues ou à effectuer de petits sauts. Nous étions comme des enfants, subjugués par cette nature si fascinante.

Après un moment, nous sommes allés discuter avec un monsieur armé d’un superbe appareil photo. Christian est français, expatrié en Australie depuis 44 ans, il est maintenant à la retraite et occupe ses journées entre sa passion pour la photographie animalière et un petit job de guide francophone pour de riches touristes. Il parle français avec l’accent anglais et peine parfois à trouver ses mots. Christian est là chaque matin, il vient promener sa chienne Cosette et, à l’occasion, faire quelques clichés de ses amis les dauphins… Apparemment, nous avons été plutôt chanceux de les voir, ils disparaissent parfois plusieurs jours.

Notre coup de cœur pour cet endroit a été tellement fort que nous y sommes revenus le matin de notre départ, nous voulions nous imprégner du lieu une dernière fois et, qui sait, revoir nos magnifiques dauphins. Eh bien, nous ne savons pas si nous sommes chanceux mais ils étaient une nouvelle fois au rendez-vous lorsque nous sommes arrivés, moins joueurs que la fois précédente mais présents, c’est tout ce qui compte…

Des sites d’exception

Kangaroo Island n’est pas la destination phare des touristes, la traversée est très chère et la popularité de la Great Ocean Road lui fait certainement de l’ombre, et pourtant, l’île recèle de nombreux trésors, notamment géologiques.

En route vers la partie ouest de l’île, qui abrite le Flinders Chase National Park, nous nous sommes arrêtés à Vivonne Bay et avons trouvé là une superbe plage de sable blanc, toujours baignée par cette mer turquoise. A la recherche de formations géologiques particulières, nous avons poussé jusqu’à Point Ellen, juste en face de la plage, où nous avons trouvé de beaux rochers relativement lisses et comportant des incrustations de quartz.

A l’extrême ouest de Kangaroo Island, au Cap de Couedic exactement, se trouve The Admiral Arch. La mer a creusé là un gigantesque trou dans la falaise et formé une arche impressionnante. L’endroit est peuplé par une colonie de phoques, toujours aussi plaisants à regarder. Avec eux, le spectacle est toujours assuré entre ceux qui jouent dans l’eau, les bébés qui tentent, malgré leur petite taille, de progresser sur les rochers et les plus pantouflards qui se font dorer au soleil. Au cap, la puissance de l’océan continue son travail d’érosion, qui sait ce que l’arche sera devenue dans quelques milliers d’années.

Non loin de là se trouve certainement le site le plus exceptionnel de l’île : Remarkable Rock. D’énormes blocs, certainement de plusieurs tonnes sont littéralement posés sur un petit cap entre Weirs Cove et Sanderson Bay. Des milliers, voire des millions d’années avant notre ère, ces blocs étaient immergés et ont été lentement polis par l’eau. Lorsque la mer s’est retirée, ces monstres de pierres sont restés là, perchés à plusieurs centaines de mètres au-dessus de l’océan, comme tombés du ciel. La pluie et le vent poursuivent le lent travail d’érosion des roches et nous présentent ces monuments. Le site est, comme son nom l’indique, remarquable…

Le kangourou, la taille au-dessus

Le kangourou, la taille au-dessus

Le lendemain matin, nous sommes allés faire une marche du côté de la Ravine des Casoars. La randonnée n’était pas formidable – contrairement à ce qu’on nous avait vendu – mais nous sommes arrivés sur une jolie baie, bordée de grottes formées par la puissance de l’océan. Nous avons même découvert une jolie arche qui menait au pied d’autres falaises, mais seulement à marée basse… Après cela, nous avons poussé jusqu’au Cape Borda qui abrite un tout petit phare. Pour découvrir les lieux, il faut soit un 4*4, soit beaucoup de patience car les 24 km de piste qui y mènent sont corsées… Nous le savions, nous avons donc choisi la patience.

Toujours heureux, au bout du monde

Toujours heureux, au bout du monde

Après la côté sud, nous sommes allés découvrir les beautés de la côté nord, et notamment, Shocks Bay. Lorsque nous sommes arrivés sur le site, nous avons trouvé une plage recouverte de grosses pierres rouges–noires, pas du tout ce à quoi nous nous attendions. Nous ne comprenions pas bien pourquoi on nous avait décrit cet endroit comme exceptionnel. En cherchant un peu du regard, nous avons découvert un panneau indiquant « beach », au pied d’une petite colline rocheuse. Nous nous sommes approchés et avons suivi les indications. Nous avons emprunté un sentier caché entre d’énormes blocs de pierre avant de déboucher sur une superbe plage de sable, improbable.

Il y avait là un bassin naturel formé par des rochers, parfait pour les enfants, ou les adultes… mais l’eau était vraiment trop froide et le vent soufflait en rafales, seuls les australiens étaient à l’eau. Nous avons marché jusqu’au bout de la baie et avons trouvé de grandes barres rocheuses de couleur brune affleurant du sable. Nous avons observé les lieux puis sommes repartis, les pieds dans l’eau…