Cuzco et le Machu Picchu

Cuzco et le Machu Picchu

Cuzco et le Machu Picchu

Cuzco, une magnifique citée

On découvre Cuzco nichée au fond d’une vallée lorsque l’on arrive des hauteurs qui l’entourent. Les quartiers périphériques sont sales et délabrés puis l’on aperçoit de jolis toits jaunes orangés avant d’entrer dans le cœur de la ville historique.

Le centre-ville est une merveille d’architecture. On y découvre de nombreux bâtiments coloniaux, des arcades, de magnifiques églises et même des ruines Inca fraîchement mises à jour lors de travaux de voirie. On aime se perdre dans ses petites ruelles pavées qui vous conduisent sur les hauteurs de la ville d’où la vue est splendide. Bref, on aime déambuler dans cette citée charmante et paisible… Seul hic, les quartiers envahis de rabatteurs qui vous accostent tous les 2 mètres pour vous inviter dans « le meilleur restaurant de la ville », vous proposer l’excursion la moins chère au Machu Picchu ou encore le meilleur massage.

Merci les amis !

Mes amis et collègues ont eu une merveilleuse idée, ils se sont dit que durant notre tour du monde de backpackers, nous saurions apprécier quelques nuits dans des établissements de luxe… lit et couette douillets, salle de bain grand luxe avec eau chaude à volonté, petites attentions du personnel…

Eh bien ils ne s’étaient pas trompés !

A Cuzco, nous avons eu le plaisir de résider dans un petit hôtel de charme. Lit douillet comme un cocon, douche balnéo, petite bouillotte chaude à glisser sous les draps, petit déjeuner délicieux, personnel charmant, en résumé : un régal…

Un grand merci à toutes et à tous pour cette charmante attention !

Le Pérou ou l’enfer du « Boleto Touristico »

A Cuzco, nous avons découvert le « boleto touristico ». De quoi s’agit-il exactement ? Le « boleto touristico » est un billet d’entrée vous permettant de visiter plusieurs sites touristiques de la Vallée Sacrée.

Vous avez le choix entre le « boleto touristico » complet ou le demi, ce dernier vous ouvrant l’accès à 4 sites. On pourrait penser que ceci est intéressant… à première vue ça l’est sauf lorsque vous ne disposez pas de suffisamment de temps. Les sites proposés ne sont pas forcément situés à proximité les uns des autres, certains nécessitent plus de temps de visite et enfin, on peut ne pas être intéressé par tous les sites.

Eh bien peu importe, que vous visitiez un site ou plusieurs, vous devez acheter le « boleto touristico » et payer pour tous les sites ! Une belle arnaque !

Le Machu Picchu… nous y sommes parvenus !

Vous rêvez d’y aller ? Un conseil, investissez dans un voyage organisé, vous soulagerez vos nerfs et en profiterez pleinement.

Fidèles à notre état d’esprit, nous voulions découvrir notre Machu Picchu, sans agence, sans groupe. Ce n’était pas la manière la plus aisée.

Tout d’abord, il faut savoir que le site est très éloigné de Cuzco (environ 7h en bus ou 3h en train). Le train étant hors de prix, nous voulions y aller en bus. Pas de chance, des manifestations avaient lieu dans les villages précédant Aguas Calientes (le village situé au pied du Machu Picchu) et à priori, les gens arrêtaient les bus de touristes en direction du Machu Picchu.

Résultat, nous avons opté pour le bus entre Cuzco et Ollantaytambo puis le train jusqu’à Aguas Calientes (112$/pers.).

Après cela, nous avons voulu acheter nos billets d’entrée pour le Machu Picchu. Ceux-ci peuvent s’acheter soit au Ministère de la Culture à Cuzco, soit à Aguas Calientes, ce dernier site n’étant pas conseillé car il est parfois nécessaire de faire plusieurs heures de queue.

Nous nous sommes donc rendus au Ministère de la Culture… un boui-boui un peu excentré. Malgré les informations que nous avions pris la peine de prendre la veille à l’office du tourisme, nous nous sommes retrouvés face à une porte fermée. Et oui, nous étions un jour férié (personne ne nous avait rien dit) et le lendemain était un dimanche. En résumé, le ministère ne rouvrait que 2 jours plus tard.

Le Machu Picchu est certainement l’un des sites les plus visités au monde mais il est impossible d’acheter des billets d’entrée durant 2 jours, incroyable.

N’étant pas sûrs de pouvoir obtenir des billets à Aguas Calientes, nous avons décalé notre excursion de 2 jours.

Le jour de notre départ pour Aguas Calientes, nous sommes revenus au ministère à l’ouverture. Il faut savoir que si vous souhaitez gravir l’une des montagnes qui surplombent le site, vous devrez payer un forfait supplémentaire. Nous avons donc acheté nos billets d’entrée plus l’ascension du Machu Picchu, la montagne la moins courue des deux (pour le Huayna Picchu, il est nécessaire de réserver au moins 2 mois avant…).

Encore un détail, vous ne pourrez obtenir vos billets que si vous avez au préalable acheté vos tickets de train. Et comment faire si on prend le bus me direz-vous ? Eh bien, il ne sera possible d’acheter vos billets qu’à Aguas Calientes !

La dame du guichet vous dirige ensuite vers la caisse pour payer et là, à nouveau un sketch. C’est une caisse mais il faut donner l’appoint car ils n’ont pas de monnaie. Le collègue d’à côté est en train de compter sa caisse mais il faut insister pour que les deux communiquent et se prêtent de l’argent.

Bref, nous sommes sortis de là avec 17 de tension mais nos billets en poche.

Après toutes ces péripéties, tout s’est finalement déroulé sans encombre. Nous avons pris un combi jusqu’à Ollantaytambo et avons ainsi découvert une partie de la fameuse Vallée Sacrée. Les paysages étaient splendides et nous avons regretté de ne pas pouvoir y passer plus de temps.

A Ollantaytambo, nous avons voulu visiter les ruines Inca en attendant notre train mais avons été stoppé par le « boleto touristico ». Dommage, nous nous sommes rattrapés sur le musée du chocolat.

Le trajet en train était chouette, nous avons longé le Rio Llullucha et une partie du sentier de l’Inca, au pied de superbes montagnes enneigées. Arrivés à Aguas Calientes, nous avons marché 20 min pour rejoindre le camping qui se trouve au pied du Machu Picchu.

Le lendemain à 4h30 nous étions sur le pied de guerre, nous avons gravi à pied et à la frontale les 1 000 m de dénivelé nous séparant du site.

Avant de nous attaquer aux ruines proprement dites, nous voulions gravir le Machu Picchu auquel nous n’avions accès qu’entre 7h et 11h. Le plan du site n’étant pas très clair, nous nous sommes retrouvés à l’Intipunku (la porte du soleil), très éloignés du départ de notre ascension. Nous avons donc rebroussé chemin pour gravir notre montagne, encore 1 000 m plus haut.

Depuis le sommet, la vue sur le Machu Picchu est imprenable, la montée est longue et difficile mais avons été récompensés.

Immensité du site

Immensité du site

Au retour, nous avons visité les ruines mais le site est tellement étendu qu’il est difficile de tout voir en détail.

Les Inca ont vraiment réalisés un travail incroyable, les constructions sont très bien conservées, c’est vraiment très beau.

Notre seul regret, ne pas avoir pris de guide. Le matin, nous n’en avions pas besoin pour l’ascension et ensuite, nous pensions que le temps serait trop court.

Enfin, le site est vraiment magnifique et nous avons eu la chance de ne pas y être à la haute saison.