Baños et ses environs

Baños et ses environs

Baños est une ville très agréable située dans la Sierra Centrale, aux portes de l’Oriente.

Elle tire son nom des nombreux bains thermaux qui la jalonnent. Posée en fond de vallée et dominée par le volcan actif Tungurahua (« Gorge de feu » en Quichua) qui culmine à 5 016 m, la ville est alimentée par de multiples cascades et sources thermales chauffées par le volcan.

Nous avons passé notre première journée à nous balader dans cette citée merveilleusement animée et chaleureuse. Nous étions dimanche et tous les bañenos étaient dans les rues.

Le centre-ville compte de nombreuses agences touristiques proposant des activités aussi diverses que le tour des cascades en chivas, du rafting, des promenades à cheval, des excursions de nuit pour tenter d’apercevoir le volcan crachant de la lave, etc. Il y a également beaucoup de commerces et de petites échoppes de rue.

Le dimanche, c’est aussi jour de marché à Baños. Nous avons dû passer 2h à arpenter les allées d’un petit marché situé juste à côté de notre hostal. Celui-ci est installé sous une halle qui sert aussi de terrain de foot.

Les marchands sont souriants, les étales colorées nous ont permis de découvrir des fruits et des légumes que nous ne connaissions pas. Armée de mon appareil photo et de mon petit carnet, j’ai interrogé les marchands pour recueillir quelques noms en vue de préparer un article pour les enfants de Margency.

Hmm, un régal !

Hmmm, un régal !

David, toujours affamé et curieux de goûter les spécialités locales, s’est attablé dans le marché pour déguster une petite saucisse accompagné de pois. Il n’était que 10h30 mais en Equateur, les gens passent leur temps à manger :

  • • « el desayuno » ou petit déjeuner le matin,
  • • un en-cas vers 10h, souvent acheté sur un petit stand de rue,
  • • « el almuerzo » ou déjeuner à midi,
  • • un en-cas vers 16–17h, toujours acheté dans la rue,
  • • « la cena » ou dîner le soir.

L’après-midi, nous sommes allés à la rencontre des pompiers de Baños. Nous avons été accueillis par Jonny, pompier professionnel depuis 2 ans après quelques années de volontariat.

 

A Baños, il y 12 professionnels et une vingtaine de volontaires mais ceux-ci n’ont pas d’obligation de disponibilité. La situation du centre de secours n’est pas au mieux, il manque de subvention pour son fonctionnement. Le centre dispose de trois ambulances dont un 4*4 pour aller sur les hauteurs de Baños, d’un FPT, d’un camion-citerne et d’un véhicule de désincarcération dans lequel on trouve aussi du matériel pour le GRIMP. Les pompiers prennent 48h de garde puis 48h de repos.

Nous avons laissé à Jonny un écusson du Val d’Oise en souvenir de notre passage, malheureusement il n’en avait pas pour nous, tant pis nous garderons sa photo en souvenir !

Nous avons ensuite terminé la journée en flânant dans les rues et en observant la vie tranquille des bañenos.

Les bains thermaux de La Virgen

Baños est aussi connu pour ses bains thermaux, ceux qui ont d’ailleurs donné leur nom à la ville. De nombreuses sources, riches en chlorates, sulfates et magnésium et surtout chauffées par le volcan Tungurahua qui domine la ville, alimentent les bains de Baños dont les habitants raffolent.

Nous avons testé pour vous les bains de La Virgen. Situés au pied de la cascade du même nom, ce sont des bains en plein air qui sont ouverts de 5h30 à 22h tous les jours.

Résultat, du pur bonheur ! Vous nous imaginez un matin vers 7h30, les yeux encore un peu fripés, enfilant notre maillot de bain pour aller nous plonger dans une eau à 30°C avec vue sur la vallée… le pied !

Après une demi-heure passée à barboter et, à papoter, nous avons fait la connaissance de Luis, nous sommes allés nous glisser dans le second bassin dont l’eau est, elle, à 40°C. Eh bien, c’est un peu chaud mais on s’y fait vite. Et après cela, rien de tel qu’un rapide passage sous la cascade pour se revigorer. C’est comme le sauna mais en mode mouillé.

En résumé, tout va toujours bien sous le ciel d’Equateur…

Randonnée à La Casa Del Arbol

Aux Galápagos, nous avons rencontré deux italiens très sympas qui baroudaient en Equateur depuis un moment et qui arrivaient du sud, ils étaient donc évidemment passés par Baños. C’est eux qui nous ont conseillés de ne surtout pas manquer la Casa Del Arbol.

La Casa Del Arbol, c’est une petite cabane construite dans un arbre, à laquelle est suspendue une balançoire… Comme ça, on pourrait se dire : « oui et donc ? »… et bien cette petite cabane est située en haut de la montagne qui surplombe Baños et, surtout, elle fait face au Volcan Tungurahua. Qui plus est, elle se balance  légèrement au-dessus du vide. Alors, soit on a de la chance, le temps est dégagé et on aperçoit le monstre cracheur de feu, soit, on n’a pas de chance et on ne voit rien…

On peut dire que nous avons été mi chanceux, mi malchanceux. Nous n’avons pas vu le sommet du volcan mais par contre il était un peu énervé quand nous sommes montés ce qui nous a permis d’entendre de nombreux grondements qui correspondaient à priori à des explosions.  Résultat, de beaux champignons de fumées grises au milieu d’un ciel un peu nuageux… Eh bien, c’est impressionnant de se dire qu’on dort juste en bas !

La Casa Del Arbol, on peut bien sûr y monter en taxi mais c’est beaucoup mieux en marchant. Du coup, nous avons fait une jolie randonnée depuis Baños qui nous a d’abord conduits à la Virgen qui domine la ville puis à la Casa. Le beau temps était au rendez-vous, bien qu’un peu nuageux, ce qui nous a permis de profiter pleinement des lieux et de cette superbe balançoire. Nous sommes retombés en enfance, suspendus dans le vide face à un paysage grandiose.

Le soir, le temps étant relativement dégagé, nous sommes montés à Bellavista, une commune qui surplombe Baños, pour tenter d’apercevoir le volcan crachant de la lave. Cette fois-ci la chance était avec nous, dans la nuit noire, nous avons pu distinguer quelques projections rouge vif… C’était magique !

La route des Cascades

Après notre belle randonnée à la  Casa Del Arbol, nous avions prévu de descendre en partie la route des cascades qui conduit de Baños à Puyo, 60 km plus loin…

Malheureusement, le temps n’était plus au rendez-vous. La ville était plongée dans un épais brouillard accompagné de pluie. Après concertation, nous nous sommes dit que nous allions finir trempés et tous sales, nous avons donc choisi l’option chivas ! Oui ça fait pas très baroudeurs c’est vrai mais bon, il nous arrive d’avoir quelques faiblesses !

Nous avons pris un petit chivas, un bus pour touristes, qui nous a trimbalés dans la vallée à la découverte des fameuses cascades. Le circuit n’est pas très bucolique puisqu’il la quasi-totalité des espaces surplombants la vallée est exploité pour proposer diverses activités comme les tyroliennes, les canopy, les sauts en élastique et autre tarabita (vous vous souvenez, à Mindo).

Le temps étant à la pluie, la lumière sur les cascades n’était pas formidable mais bon. Le clou du spectacle se trouve à Rio Verde avec la cascade Pailon del Diablo. Nous sommes entrés dans un petit parc et avons marché pendant une quinzaine de minutes au bord d’un énorme torrent au débit impressionnant. Celui-ci forme une première cascade et, en continuant, arrive à un précipice d’une centaine de mètres de haut. La chute est spectaculaire ! Des escaliers ont été aménagés dans la roche pour permettre aux visiteurs de descendre aux deux-tiers inférieurs et de s’approcher au plus près de la cascade, sous des gerbes d’eau continues. La hauteur de chute et le débit d’eau interdisent toute tentative de mettre sa main pour « goûter » la température.

Et voici un récapitulatif de tout ça en vidéo !

Banos blog from Nemo Nemo on Vimeo.