Bienvenue en Nouvelle-Calédonie ! – Grande Terre

Bienvenue en Nouvelle-Calédonie ! – Grande Terre

Bienvenue en Nouvelle-Calédonie ! – Nouméa et Grande Terre

Nos vacances en Nouvelle-Calédonie…

Du 8 au 29 novembre 2014

Avant d’arriver à Nouméa, nous avons tenté une nouvelle fois de faire une demande sur le site de Couchsurfing. Pour ceux qui ne connaissent pas, le principe du Couchsurfing consiste à héberger ou à être hébergé gracieusement par les membres de la communauté. Ce type d’hébergement est très prisé des voyageurs car il permet de faire de nombreuses rencontres et est économique.

Pour notre plus grand bonheur, nous avons reçu une réponse positive de Morgane et Julien, deux « métros » – métropolitains – installés en Nouvelle-Calédonie depuis 2 ans.

Le 8 novembre, nous avons donc atterri à Nouméa sous un soleil de plomb. Avant de rejoindre Julien venu gentiment nous chercher, nous sommes allés récupérer nos bagages. Le tapis s’est rapidement vidé mais nous étions encore une trentaine à attendre nos valises. Ne voyant plus rien venir, nous sommes allés nous renseigner, et là, mauvaise nouvelle, il n’y avait plus rien en stock… David, qui avait récupéré son sac, est allé voir Julien pour se présenter et expliquer notre problème. De mon côté, j’ai passé 2h à remplir une déclaration pour signaler la non-livraison de mon sac à dos. Il a ensuite fallu se rendre au bureau de la compagnie pour recevoir une indemnisation me permettant d’acheter quelques effets. Ce n’est pas comme si nous étions arrivés en tenue de trek sous 30°C – pantalon et grosses chaussures.

Après ce petit intermède, nous avons rejoint Nouméa, à 40 km de là, et nous sommes installés dans un petit nid douillet. Morgane et Julien viennent juste de devenir propriétaire d’une maison dans le quartier de Rivière Salée. Ils nous ont accueillis comme des rois et nous ont vraiment fait nous sentir chez nous. Pendant deux jours, nous sommes allés nous balader dans Nouméa avec Julien et ensuite, ça a été au tour de Morgane qui était de repos. Nous avons rencontré leurs amis, pique-niqué sur la plage, bref, de vraies vacances entre potes.

Après cette entrée en matière, nous avons à nouveau été reçus lors de nos allers et venues à Nouméa ! Eh oui, Morgane et Julien nous ont supportés un certain temps, ils ont vraiment été adorables.

 

En route pour la Grande Terre

Le réseau et la fréquence des bus en Nouvelle-Calédonie n’étant pas aussi perfectionné qu’en Amérique du Sud ou en Nouvelle-Zélande, nous avons loué une voiture pour partir à la découverte de la Grande Terre. Le coffre de la 107 blindé – enfin le vide-poche – nous avons pris la direction du Nord.

La côte Ouest n’est pas très jolie, la route est située loin de la côte et l’on évolue au milieu de grandes plaines arides et de petites montagnes verdoyantes. En chemin, nous nous sommes arrêtés à Farino pour aller nous balader dans le Parc des Grandes Fougères. Le site offre de nombreux sentiers de randonnée, 2h, 4h, 6h, il y en a pour toutes les gambettes. La forêt abrite de multiples espèces d’arbres, de plantes, un vrai terrain de jeu pour les oiseaux que l’on entend en permanence mais que l’on ne distingue que très rarement.

Le soir, nous avons planté notre tente à côté de Bourail, sur la plage de Poé, dans le camping de Némo ! Et non, ce n’est pas une blague. L’endroit était charmant et désert, une belle plage de sable fin, une eau limpide et un accueil chaleureux.

Avant de repartir de Bourail, nous sommes allés voir la Roche Percée, une formation rocheuse qui risque malheureusement de disparaître à cause de l’érosion. Nous avons ensuite fait une petite marche qui nous a permis d’accéder à trois jolies baies dont celle des Tortues. Nous n’en avons pas vues mais nous sommes baignés sur un site magnifique. La plage est surplombée de falaises et bordée de pins colonnaires, le site nous a rappelé la Nouvelle-Zélande.

Après la côte Ouest, nous avons traversé l’île en direction de Hienghène, sur la côte Est. La route est très belle, elle serpente un peu dans les montagnes et offre par moments une belle vue sur la brousse.

Arrivés sur la côte Est, nous avons découvert des paysages très différents, une côte sauvage et déchiquetée. La route longe la mer et laisse entrevoir quelques jolies plages tout au long du parcours, les maisons et les cases traditionnelles se font plus visibles, bref on a le sentiment d’enfin découvrir le pays.

A Hienghène, nous avons planté notre tente dans un camping doté d’un centre de plongée. Malheureusement, il n’y avait plus de disponibilité pour faire une plongée bouteille mais nous avons quand même bien profité du site : sortie en canoë au pied des falaises de calcaire noir de Lindéralique puis excursion sur l’îlot Hienga pour une découverte de la flore et une séance de snorkelling. Un petit coin de paradis protégé et intact, où nous avons fait notre première rencontre avec le lagon, les poissons et les coraux. Le site était magnifique, des coraux de couleur rose, mauve, crème, des poissons perroquet, des bénitiers colorés, nous avons même aperçu une petite raie.

La Baie de Hienghène...

La Baie de Hienghène…

A la découverte de nos premiers coraux

A la découverte de nos premiers coraux

C'est comme dans les films

C’est comme dans les films

Hienghène, c’est aussi un endroit où nous avons fait de belles rencontres. Aurélie et Damien, deux jeunes en plein tour du monde et, Maëlle et Maël, deux jeunes mariés arrivés à Nouméa suite au changement d’affectation de Maël, quartier-maître dans la marine. Nous avons passé de très bons moments à refaire le monde et avons même prolongé notre séjour d’une nuit.

De Hienghène, nous avons repris la route vers le Nord puis vers l’Ouest pour aller jusqu’à Voh. Jusqu’au Nord, la côte est magnifique, bordée d’un côté par l’océan et de l’autre par les montagnes, nous avons même dû prendre le bac à Ouaième pour traverser la baie.

Les petits villages se sont succédés jusqu’au col d’Amos. Tout au long de cette portion, nous nous sommes arrêtés pour prendre en photo des boîtes aux lettres toutes plus originales les unes que les autres : micro-ondes, petites maisons, morceaux de canalisation de 100, boîtes de conserve, seaux, etc.

De retour sur la côte Ouest, le paysage est redevenu plus fade. Nous avons filé jusqu’à Voh pour admirer le fameux Cœur de Voh. La meilleure manière de le découvrir reste bien sûr le survol mais budget oblige, nous avons pris nos pieds pour grimper la colline. Celle-ci étant relativement éloignée de la côté, elle offre une vue dont les contrastes sont certainement moins marqués que depuis le ciel. Nous nous sommes consolés avec les dégradés de bleu du lagon, une merveille. Seule ombre au tableau, les mines de nickel qui jonchent la côte et dénaturent le paysage.

Notre tour du Caillou par le Nord s’est terminé à Nouméa. Côté Sud, nous avons passé une journée dans le Parc Provincial de la Rivière Bleue. Perdu dans les montagnes de terre rouge, le parc comprend une partie de bush et une partie de forêt primaire. Nous avons marché sous un soleil de plomb, appelé et croisé des cagous, l’oiseau emblématique de Nouvelle-Calédonie et terminé la journée dans des piscines naturelles, seuls au monde.